Les mots du président

Les infections respiratoires basse associées au virus de la grippe sont l’une des principales causes de mortalité dans le monde, responsables d’au moins 28 000 à 111 500 décès chez les enfants de moins de 5 ans. Si l’incidence et la mortalité de ces infections varient selon les pays et les années, on estime que plus de 90 % des décès dus à la grippe chez les jeunes enfants se produisent dans les pays en développement. Bon nombre de ces décès pourraient être évités grâce à la vaccination.

Malgré son impact sur la mortalité et la morbidité chez les enfants, l’épidémiologie et la pathogenèse des infections associées à la grippe, en particulier en Afrique, reste peu étudiée. Le fardeau de la grippe est sans doute sous-estimé. Jusqu’à très récemment, les données sur l’épidémiologie de la grippe dans la région Afrique étaient très parcellaires. Depuis environ 5 ans, beaucoup de pays africains ont mis en place des systèmes de surveillance dont les données contribuent de plus en plus à la l’épidémiologie globale de la grippe. Néanmoins, davantage d’efforts sont nécessaires pour mieux estimer la charge de la grippe dans cette région. En outre, certaines questions importantes demeurent et devront être prise en compte dans le futur, telles que : (1) Comment soutenir efficacement la surveillance de la grippe dans les pays à revenu moyen ou faible, (2) Comment traduire les résultats de la surveillance et de la recherche en interventions permettant de réduire la morbidité et la mortalité des infections grippales.

À Madagascar, la première description d’une épidémie de syndromes de types grippaux a été faite en 1890 au sein de la population de la ville de Toamasina situé à l’est de cette île continent, où est situé le principal port. Entre 1890 et 1957, onze foyers épidémiques ont été notifiés. Enfin, en 2002, une épidémie due au virus A/H3N2 a affecté la partie sud des hauts plateaux de Madagascar, tuant plus de 700 personnes. La présence historique de l’Institut Pasteur de Madagascar depuis 1898 et son implication dans l’étude des maladies infectieuses et en santé publique ont abouti en 1978, à la nomination par l’OMS et le gouvernement de Madagascar de l’unité de virologie comme le Centre National de Référence pour la Grippe. Ainsi, la surveillance de la grippe à Madagascar est une activité de longue date, et depuis 2007, Madagascar a accompli des progrès substantiels dans la mise en œuvre de la surveillance de la grippe à l’échelle nationale. En outre, ce centre de référence a développé des programmes de recherche visant à (i) décrire les étiologies virales des syndromes grippaux bénins et sévères, (ii) décrire la dynamique spatio-temporelle de la grippe à Madagascar et (iii) estimer la charge de infections respiratoires aigües sévères associées à la grippe.

Madagascar est très honoré d’accueillir la 6ème conférence annuelle du réseau ANISE. Nous ne doutons pas que cette réunion permettra à tous les « combattants de la grippe » des pays africains d’échanger leurs expériences et de renforcer ce magnifique réseau.

En dehors de cette conférence, nous espérons que vous aurez l’occasion de prendre quelques moments pour visiter ce magnifique pays étonnant – « la terre des lémuriens et des caméléons ». L’incroyable biodiversité de Madagascar et l’hospitalité malagasy rendra votre voyage inoubliable.

Nous sommes impatients de vous voir bientôt à Madagascar !!!

Dr Jean-Michel HERAUD, Chairperson, PhD, HDR